Non, le mal de dos n’est pas une maladie !

Cet article peut être controversé, il est le reflet de ma position personnelle après des années d’expérience auprès de personnes ayant mal au dos.

Non, le mal de dos n’est pas une maladie ! :

Non, le mal de dos n'est pas une maladie !

Le mal de dos est un symptôme dont il faut trouver la cause

S’il existe des maladies de la colonne vertébrale, les statistiques nous apprennent que 85 à 90 % des maux de dos sont dus non pas à une maladie, mais à des contractions, des tensions musculaires au niveau du dos. Dans ce cas le mal de dos, qui est la majorité des cas, n’est pas une maladie, mais un symptôme dont il faut chercher la cause.

Ne pas s’en remettre qu’aux médecins :
Surprise ! Après le conseil que je vous ai donné d’aller voir votre médecin, je vous conseille à présent de ne pas vous en remettre qu’à lui ! Contradictoire vous me dites ?
Pas du tout, vous devez pouvoir avoir plusieurs conseils de spécialistes avant de prendre des décisions, vous ouvrir également aux médecines alternatives qui peuvent vous soulager.

Un calmant n’est pas la panacée :

Un calmant n'est pas la panacée !

Le calmant agit sur le symptôme et non sur la cause

On pense souvent que mal de dos = calmants, parce qu’on veut réduire la douleur à tout prix. mais ce n’est pas tout.
Les calmants allopathiques ne devraient être utilisés qu’en dernier ressort et en cas de douleurs très importantes. Les médicaments les plus proposés sont souvent de la famille de l’aspirine, ils sont banalisés, mais peuvent aussi avoir des inconvénients.
Il est important de comprendre que si le calmant est nécessaire en cas de douleurs très violentes, son rôle est bien de supprimer la douleur qui était un signal. On ne règle donc pas la cause et en plus on empoisonne le foie à dose régulière. Vous devez absolument vous informer sur l’effet du médicament que vous prenez.
D’autant plus que les cas où les médicaments n’ont plus d’effet font légion, y compris les infiltrations de cortisone, il est très courant de voir la douleur persister malgré l’augmentation des doses.

L’apport des médecines alternatives :
Une visite chez un ostéopathe est nécessaire, car bien souvent, alors que les radios de décèlent rien de précis, il y a des déplacements osseux. L’ostéopathe vérifiera tous les axes du corps.

ostéopathie

l’ostéopathie vérifiera tous les axes du corps. Photo Dustin Quasar

Si possible, soigner la douleur de façon naturelle, comme par exemple :
– Un acupuncteur peut aussi intervenir pour calmer la douleur.
– Se faire faire des massages par un kinésithérapeute.
– application de chaud ou de froid en fonction du problème posé.
– application de cataplasme d’argile pour enlever la douleur…..
Il existe plusieurs façons d’arriver à se soulager, j’en parlerai plus précisément dans d’autres articles.

Une action responsable du patient :
A contrario de ce que j’ai dis plus haut, la plus grave erreur que peut faire une personne qui a mal au dos de façon régulière est de ne pas se soigner en pensant que cela va passer.
Un mal de dos peut cacher une lésion ou une maladie plus grave. Rappelez vous, ce n’est qu’un symptôme qu’il faut savoir décoder.
Et si ce mal de dos est à répétition, c’est qu’il faut s’y intéresser de plus près ! Ne pas écouter son corps risque d’amener celui-ci au bord de la rupture…..

Il y a bien d’autres choses à faire pour se prendre en main, si la douleur est un signal d’alerte, c’est le moment de comprendre ce signal. S’il ne change rien à sa vie, et à son comportement habituel, il n’y a aucune raison que les douleurs se calment…au contraire, elles risquent de s’aggraver.
La recherche des causes montre qu’en général les facteurs sont multiples. C’est un bilan général de la vie quotidienne qui doit être fait, avec l’aide de plusieurs spécialistes de la santé.

Voir aussi les articles suivant :

– La revue de presse du mal de dos

– Le mal de dos, un défi qu’un naturopathe et un web marketeur m’aident à relever

– 6 principaux obstacles pour un dos en bonne santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *